Anarchie – Ordre sans hiérarchie !

Pourquoi nous quittons le centre autonome KTS et pourquoi il y a maintenant 2 groupes RoR à Fribourg !

Pour éviter les rumeurs et clarifier notre situation, nous avons décidé de publier cette déclaration :

En tant que parties de SamBasta (ancien groupe RoR Freiburg), que nous étions jusqu’il y a quelques mois, nous, les auteurs de ce texte, continuons en tant que groupe Rythmes de Résistance actif (RoR)[1]. Mais nous ne voyons plus notre groupe comme faisant partie de KTS. L’une des raisons en est l’escalade d’un conflit, qui a entraîné une perte irrévocable de confiance. Nous comprenons l’action de certaines personnes actives au sein de SamBasta et du KTS comme une campagne contre l’un d’entre nous, qui a critiqué les structures de ce centre autonome. Nous considérons cette campagne de diffamation comme un comportement que nous ne pouvons tolérer ni humainement ni politiquement. Notre retrait du KTS est une déclaration politique et une conséquence de cette campagne, car nous ne pouvons accepter les hiérarchies et les manières de la présente situation.

Mais nous ne nous retirons pas sans avoir préalablement tenté de briser les conditions et les structures de pouvoir au sein de KTS. Après des discussions internes en 2015, nous avons commencé par plusieurs ateliers pour « faciliter les séances plénières et la prise de décision consensuelle en groupes ». Certains d’entre nous ont donné un atelier similaire lors d’un camp de réseautage local à l’été 2015. De ce camp est issu un groupe de travail « Autonomous Center & Consensus » (AZ & K). Le groupe était composé de personnes venant de contextes politiques différents et de personnes actives dans le KTS. Comme plusieurs groupes auparavant, « AZ & K » visait à créer un KTS, qui serait plus ouvert, plus horizontal et plus accueillant pour plus de personnes. Pour ce genre de raisons, différents groupes s’étaient retirés du KTS dans le passé. Quelques aspects importants de « AZ & K » ont été la diversité politique dans les lieux autonomes, la critique des comportements de parole et les blocages sélectifs contre des personnes et/ou perspectives dans la plénière hebdomadaire (qui est le lieu principal de coordination et de prise de décision dans le centre autonome), ainsi que le manque de groupes queer et féministes dans le centre autonome à Freibourg. Nous soutenons ces critiques et essayons de refléchir aux valeurs sous-jacentes afin de les mettre en œuvre dans notre pratique politique. En tant que membres du réseau RoR, qui se réfère aux PGA-Hallmarks[2], nous nous retrouvons dans les objectifs de « AZ & K ».

Le groupe « AZ & K » a explicitement exclu des personnes du processus initial d’un soi-disant « futur atelier » en raison des besoins de protection qui ont été exprimés par des individus. Cela peut être remis en question et discuté, tant sur le plan tactique que méthodique. Pour nous, cette décision est compréhensible, parce que certains individus prennent beaucoup de place dans les processus et les discussions au sein du centre autonome d’une manière très dominante. D’autres ne se sentent pas assez en sécurité pour exprimer leurs opinions, leurs besoins ou leurs craintes. Afin d’établir une discussion ouverte sans attaques ni comportement dominant, le groupe avait décidé d’exclure temporairement des personnes afin de créer un espace sûr. Le besoin d’avoir cet espace de sécurité a compté au détriment de la transparence totale du processus inique de ce « futur atelier ». Le manque de légitimité de la plénière hebdomadaire a été critiquée et la procédure a été condamnée comme « attaque contre les structures du KTS ». Ainsi, les critiques en tant que telles ont été principalement ignorés et une réflexion sur les comportements et les rôles dans le KTS a donc été contournée. De plus, le licenciement du KTS de personnes engagées dans « AZ & K » nous fait penser à un procès de spectacle fétide et illustre les hégémonies dans KTS. Au lieu de la diversité politique, une minorité perçue a visé une « égalisation » des idées et des opinions. En conséquence, celui qui ne se tient pas à la règle est abandonné. Cela représente un comportement que nous ne pouvons pas accepter dans un espace autonome.

De plus, nous nous distançons des « SamBastas » restants, en raison de leur rôle central dans l’escalade du conflit. En plus de la perte de confiance, nous nous sommes également rendu compte à la suite de ce conflit que la compréhension de notre interaction (conscience manquante, politique d’information, etc.) et les objectifs politiques du groupe sont contradictoires. Nous critiquons le fait que les autres « SamBastas » ont organisé un atelier pour débutants sans nous en informer. Ainsi, le nom « SamBasta » a été revendiqué par quelques uns sans discussion.

Qu’est-ce qu’on veut ?

Dans un espace autonome et dans nos groupes d’affinité, nous souhaitons trouver une pratique de politique commune qui progresse par l’autoréflexion, l’examen minutieux des comportements de rôle et l’offre d’un « safe place » pour les critiques et les échanges. Nous souhaitons une politique de gauche radicale avec de nombreuses approches possibles. Cependant, à l’heure actuelle, au sein de KTS, nous assistons à une « ligne invisible » tracée par quelques-uns et vers laquelle l’alignement politique s’oriente.

Dans un espace autonome, nous souhaitons une atmosphère qui permette une rencontre empathique et qui favorise la pensée critique. En même temps, nous considérons un centre autonome comme un espace d’apprentissage dans lequel nous pouvons partager nos expériences et pratiquer des actions anti-autoritaires. Nous souhaitons une prise de décision consensuelle fondée sur l’argumentation et la discussion. C’est pourquoi il est crucial d’avoir une disposition pour le consensus. A partir du moment où l’argumentation rationnelle s’oppose aux polémiques, aux menaces et aux accusations, quelque chose ne va pas ! Nous rejetons les comportements autoritaires, surtout dans cette gauche radicale. Nous n’avons pas besoin de patrons et de gens se donnent du mal ! Nous condamnons la défense active des positions de pouvoir ! Il n’est pas facile de vivre ensemble sans hiérarchies, mais nous voulons nous rapprocher de cette vision.

En ce sens, nous recherchons un discours anti-patriarcal renforcé à Fribourg et une pratique plus pro-féministe dans la scène dite anarchiste. En outre, nous nous efforçons d’intensifier le travail en réseau, les rencontres et la coopération avec les différents groupes politiques. Au lieu de querelles destructrices dans la scène gauchiste de Fribourg, nous voulons un mouvement et une pratique d’orientation commune et constructive. Pour y parvenir, de nouveaux espaces doivent être créés et les espaces existants doivent être réformés. A notre avis, les choses doivent changer de manière essentielle dans le KTS.

Nous sommes frappés par les événements qui nous mènent loin dans des espaces personnels. Pour nous, c’est une preuve d’incapacité que de moins en moins de personnes se sentent à l’aise dans le centre autonome. Pour les raisons évoquées ci-dessus, nous rompons avec la situation actuelle de KTS. Un espace qui favoriserait la participation de diverses personnes et de divers groupes permettrait à terme une auto-organisation plus horizontale et plus large. Cependant, à ce stade, nous considérons que les obstacles sont trop importants pour les souhaits, les besoins et les objectifs énoncés ci-dessus.

Néanmoins, nous sortons de ce processus avec une force et une énergie nouvelles et en tant que groupe stabilisé. Nous attendons avec impatience de devenir actifs et de mettre en œuvre nos utopies dans la réalité.

Si vous avez des questions sur ce texte, écrivez-nous à : rorfrei@untenlinks.ch (clé publique sur le serveur de clés : 15A56E44/24.6.16)

Discutez de ce texte, réfléchissez-y, discutez et réfléchissez, sentez-vous interpellés, composez des réponses et des commentaires, ou laissez-le !

Juin 2016, ancien groupe SamBasta RoR-Frei

[1] https://www.rhythms-of-resistance.org/ [2] https://www.nadir.org/nadir/initiat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *